Assetec
mercredi 21 décembre 2011

Article du café pédagogique du 21 décembre 2011

Pour rénover l’enseignement des sciences faut-il de super profs de sciences ? Pour l’académicien Pierre Léna, "la science fait partie du fondamental du citoyen". Pour atteindre cet objectif, il va ouvrir, avec la Fondation La Main à la pâte, deux premières Maisons pour la science et la technologie à Strasbourg et Toulouse. Elles formeront les professeurs enseignant les sciences à l’école et au collège dans l’esprit de ce que fait La main à la pâte depuis des années en partenariat avec les universités de Strasbourg et Toulouse. Pour garantir le succès de cette opération, outre un accord avec les deux académies, il prévoit une certification des enseignants suivant cette formation.

 

Vous avez annoncé avec La main à la pâte l’ouverture de Maisons des sciences. De quoi s’agit-il ?

 

 Il s’agit de Maisons prototypes, où les professeurs se sentent bien, chez eux. L’Académie des sciences veut explorer avec ses deux partenaires tout juste choisis, les universités de Toulouse et Strasbourg, ce qui pourrait servir de modèle à une remise en place d’un développement professionnel du corps enseignant scientifique sans se substituer aux obligations de l’Etat employeur. Nous focaliserons l’effort sur les professeurs qui enseignent les sciences à l’école primaire et au collège. Nous espérons parvenir à toucher sur 5 ans environ 20% des enseignants de ces deux académies. C’est de la grande échelle, mais localement. Mais au niveau du pays, c’est modeste et cela ne règle pas la question de la formation continue du corps enseignant. Notre effort est possible grâce au financement conséquent des Investissements d’avenir : car il s’agit bien d’investir dans l’éducation.

Lisez l’entretien avec P. Léna

Plan du site Contactez-nous Mentions légales RSS