Assetec
jeudi 30 janvier 2014

CNESCO

Installation du Conseil national d’évaluation du système scolaire (Cnesco)

 

Vincent Peillon, ministre de l’éducation nationale, a installé le Conseil national d’évaluation du système scolaire (CNESCO), mardi 28 janvier 2014 en Sorbonne (Paris 5e). Le CNESCO a été créé par la loi pour la refondation de l’École de la République du 8 juillet 2013. Il assure un triple rôle : un rôle de production d’évaluations et de synthèses d’évaluations, notamment dans une perspective internationale, un rôle d’expertise méthodologique des évaluations existantes et un rôle de promotion de la culture de l’évaluation en direction des professionnels de l’éducation et du grand public.

L’évaluation doit être un outil pour progresser, pour s’améliorer. Cela vaut pour chacun de nos élèves, mais aussi pour le système éducatif dans son ensemble.

Connaître l’évolution du niveau de nos douze millions d’élèves, comprendre les mécanismes qui permettent de réduire les inégalités sociales, analyser les expérimentations les plus fructueuses, tout cela suppose des outils d’évaluation efficaces et pertinents.

Nous devons aujourd’hui donner toute sa place à l’évaluation.

Cela ne signifie pas que nous devons tomber dans la religion du chiffre, au contraire. Cela veut dire que nous devons adopter un point de vue réflexif sur l’ensemble des évaluations produites, afin de mieux connaître notre école, ses réussites et ses insuffisances.

Telle sera l’une des missions du Conseil national d’évaluation du système éducatif (Cnesco) : mettre en perspective les résultats fournis par l’ensemble des acteurs de l’évaluation, mais également les méthodologies qui les fondent, pour que l’école française puisse en tirer le meilleur parti et s’améliorer.

N’étant responsable ni de la conception ni de la mise en oeuvre des politiques éducatives dans notre pays, le Conseil national d’évaluation bénéficiera de l’indépendance nécessaire pour accomplir sa mission. Composé de scientifiques reconnus en France et à l’étranger, ouvert à la pluralité de la représentation nationale et sociale, ce conseil offrira toutes les garanties d’une expertise impartiale et de haut niveau. La diffusion publique de ses travaux permettra d’éclairer le débat démocratique en matière d’éducation.

Il fallait que l’École se dote d’une instance indépendante comme le Cnesco ; c’est pourquoi je suis heureux d’en avoir proposé la création, dans la loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l’École, et d’en concrétiser l’installation aujourd’hui.

 
Vincent Peillon
Ministre de l’éducation nationale
Plan du site Contactez-nous Mentions légales RSS